Autres sports équestres Nicolas Andréani : « Strasbourg signe le retour de Just a Kiss »

nicolas-andreani
Créé le 7 mai 2014

A la veille du concours de voltige international 3* de Strasbroug (8-11 mai), le Tricolore Nicolas Andréani se confie sur cette compétition qui signe le grand retour de son partenaire de médailles : Just a Kiss.

Un mois après Saumur, c’est au tour des Ecuries de La Cigogne, à Strasbourg, d’accueillir les meilleurs voltigeurs à l’occasion d’un CVI 3*. A domicile, les Français se déplaceront en nombre. Par équipe, on retrouve tout naturellement les deux équipes de la Cigogne. En féminine, elles seront cinq à s’illustrer : Estelle Chauvet, Christelle Haennel, Léa Catherine Krause, Manon Moutinho et Manon Noel. Enfin chez les hommes, Antony Bro Petit, Remy Hombecq, Clément Taillez et Nicolas Andréani seront au départ. Après une contre-performance sur le programme technique au CVI 3* de Saumur, Nicolas Andréani se projette sur cette nouvelle échéance.

Nicolas Andréani : « Strasbourg signe le retour de Just a Kiss »

– Comment abordez-vous le CVI 3* de Strasbourg ce week-end. Quelle place occupe cette compétition dans le programme de préparation des Jeux Mondiaux?
Ca occupe une place importante. Ce sera en plus le retour à la compétition de Just a Kiss, avec qui j’espère pouvoir faire les Jeux Mondiaux. Il va mieux. C’est sa première compétition depuis janvier 2013 ! C’est aussi le retour du trio : Marina (sa longeuse ci-dessous), Just et moi ! On va essayer de gagner ce week-end pour montrer qu’avec ce trio, on arrive à être performant ! On va voir aussi comment Just répond à une compétition après un an et demi d’absence. Et ça nous montrera l’ampleur du travail à effectuer, à 100 jours des JEM (23 août – 7septembre)

Scoop_059587_072– Tout ne s’était pas passé comme vous l’espériez au dernier CVI de Saumur. Que s’était-il passé?
C’était à 100% ma faute. On a trois passages à faire : un imposé, un libre et un programme technique. Et j’ai complètement raté le programme technique. Il y a une figure debout sur laquelle j’ai perdu l’équilibre. J’ai obtenu un zéro. Donc autant vous dire qu’avec un zéro, vous ne pouvez pas revenir. J’ai laissé passer ma chance. Mais bon, au moins ça pointe du doigt les éléments sur lesquels je dois travailler. Ce CVI m’a tout de même rassuré sur l’imposé, que je gagne. Ca me conforte aussi sur le libre. C’était le même qu’aux finales Coupe du monde de Bordeaux, où je suis victorieux, et à Saumur où il a aussi beaucoup plu. Je sais ce que j’ai à bosser : le programme technique. C’était une grosse faute de ma part. Mais ils ne se passent pas non plus de gros questionnements dans ma tête. C’est une erreur technique. J’espère que ça ne se reproduira plus. Puis, sur Just a Kiss, je suis beaucoup plus à l’aise de par sa morphologie. C’est un cheval assez costaud et large. On se connait bien. Marina, au bout de ma longe, réussit toujours à me relaxer avant un passage où elle sait que je peux être tendu. Cela fait vingt ans que l’on travaille ensemble. Elle me connait par coeur.

Propos recueillis par Claire Griot
(c) Scoopdyga