Elections présidentielles : que disent les bookmakers ?

Créé le 19 avril 2017

C'est bien connu : les bookmakers anglais proposent à qui le souhaite de parier sur à peu près tout. Aussi, l'élection présidentielle française est ouverte aux enjeux, Outre-Manche. Etudions les cotes que proposent les bookmakers sur les différentes candidatures...

Dans quelques jours, les paris seront clos pour la majorité des occurrences proposées par les bookmakers anglais : il n’en restera plus que deux.

A l’instar de tout ce que l’on ne peut pas vraiment prévoir, les élections présidentielles françaises sont support de paris outre-manche. Aussi, ceux-ci sont proposés dans un système de cotes fixes par les bookmakers anglais.

En marge des sondages que les chaînes d’informations publient en masse ces dernières semaines, il apparaît intéressant de jeter un oeil aux évolutions de cotes des différents candidats. En effet, selon que vous pariiez pour un candidat à la présidentielle il y a trois mois ou bien pour le même aujourd’hui, sa cote a évolué au gré de l’actu, des « affaires », des débats et autres coups de buzz. Aussi, les courbes d’évolution des cotes des protagonistes ont ceci d’intéressant qu’elles rendent compte de la campagne dans son ensemble. Regardons-les de plus près.

1- Emmanuel Macron, l’épouvantail

Dans le domaine hippique, on appelle ce type de candidatures des épouvantails. En effet, Emmanuel Macron apparaît depuis l’annonce officielle des candidatures fin mars comme le grand favori des books.

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

Pour un euro, vous en toucherez deux s’il l’emporte. A noter que sa cote n’a jamais été aussi haute qu’en ce moment, ce qui est assez fréquent chez les grands favoris : à l’approche de la clôture des paris, les rapports probables des « épouvantails » ont souvent tendance à augmenter, les parieurs essayant de jouer contre, de tenter des choses pour gagner plus gros.

2- La course sinusoïdale de François Fillon

Elle rend compte d’une campagne tumultueuse, la courbe des cotes de François Fillon ! Regardez, on part d’avant les primaires…

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

Son adoubement à l’issue des primaires Les Républicains a fait considérablement chuter sa cote : au-delà des 25/1, il est passé en une soirée bien en deçà des 5/1. Apparaissant ensuite comme le grand favori des books, les « affaires » ont redonné du tonus à la courbe, créant même à la début mars, lorsque la remise en cause de sa candidature fut d’actualité, un pic à plus de 15/1. Depuis, la courbe redescend au fur et à mesure que l’échéance approche, et l’homme est le seul à voir sa cote revue à la baisse chez tous les bookmakers en cette ultime semaine.

3- Marine Le Pen, le challenger

Sa courbe est celle qui connaît le plus petit écart type : la cote de Marine Le Pen est la plus constante.

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

Sa cote n’a jamais été aussi haute que cette semaine. Notons tout de même que la candidate est l’immense favorite des bookmakers pour ce qui est du vainqueur du premier tour.

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

4- Jean-Luc Mélenchon, « la dernière minute »

En des termes turfistes, on parle de bruit d’écurie. Jean-Luc Mélenchon était encore proposé à plus de 100/1 à la mi-mars ! Mais depuis la fin mars, la courbe chute énormément, et sa cote avoisine les 8/1.

Source // www.oddschecker.com/
Source // www.oddschecker.com/

La forme de ladite courbe étant descendante, on peut imaginer que l’homme sera proposé à une cote similaire à celles François Fillon et Marine Le Pen à la veille du premier tour.


5- Votez pour le second tour

Certains books permettent également de parier pour le duel du second tour. Et à ce petit jeu, c’est le binôme Macron / Le Pen qui est immense favori.

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

6- Hamon derrière Asselineau

Benoît Hamon, quant à lui, est un énorme outsider selon les bookmakers. Ceux-ci le placent même derrière François Asselineau. Le candidat du Parti Socialiste est à créditer de la courbe la plus ascendante. Pour un euro, vous en toucherez 500 s’il vient à gagner !

Source // https://www.oddschecker.com/
Source // https://www.oddschecker.com/

7- Et les « petits candidats » ?

Ceux-ci n’ont pas les faveurs des bookmakers, qui n’envisagent pas de surprise finale. En effet, hormis Nicolas Dupont-Aignan, que d’aucuns (ne) proposent (qu’)à 200/1, tous les autres pointent au-delà des 500/1.

Capture d’écran 2017-04-19 à 11.42.00