Lionel, le meilleur ennemi de Bold

Créé le 23 janvier 2017

Lui l'a battu. C'était à l'issue d'un Grand Prix de Paris d'anthologie. Lionel était venu coiffer au poteau Bold Eagle, privant le champion de Pierre Pilarski d'une Triple Couronne tant espérée. Portrait du seul candidat à l'Amérique ayant déjà connu la sensation d'être plus fort que le roi.

C’est dans l’édition 2016 du Grand Prix de Paris que l’on a pris la mesure de l’étendue de son talent : le 28 février 2016, Lionel a frappé fort, très fort, venant coiffer au poteau l’immense Bold Eagle, privant le Roi d’une Triple Couronne que tout le monde attendait, espérait. Lionel est alors bien malgré lui devenu le Apollo Creed du chouchou du public (oui, on a récemment revu Rocky).

Ouille
Ouille

Pourtant, le protégé de Göran Antonsen est loin d’être le premier venu. Ayant fait ses armes en Suède, il découvre les hippodromes français sous la férule de Fabrice Souloy début 2015, Franck Nivard au sulky. Nous sommes le 24 janvier 2015, et Lionel débute son périple français par une très facile deuxième place, tombant sur un roc, nommé Call Me Keeper. A l’inverse de celui-ci, qui prend son temps pour affronter le tout haut-niveau, Lionel grimpe pour sa part très vite les échelons : lors de ses 15 premières sorties françaises, il s’est imposé à 9 reprises et placé 3 fois.

Jugé digne de participer à l’Amérique, il s’y montre fautif, mettant fin aux espoirs de ses nombreux preneurs, les parieurs l’ayant alors placé 4e favori. Rebelote dans le Grand Prix de France. Disqualifié.

C’est donc dans le Grand Prix de Paris cuvée 2016 que l’on prend (enfin) mesure de son talent.


Contrôlé positif au cobalt dans le Grand Prix d’Oslo, il a quitté les box de Fabrice Souloy pour rejoindre ceux de Göran Antonsen, son propriétaire, puis de l’homme en vogue Daniel Redén. Depuis les deux disqualifications sus-mentionnées et sa victoire dans le Grand Prix de Paris, Lionel n’a affronté Bold Eagle que dans le Grand Prix du Bourbonnais. Alors annoncé « pas encore au top » par son entourage, il se montre tenace face au champion de Pierre Pilarski, le couvrant durant tout le parcours avant d’abdiquer sur une pointe de Bold.


Son entourage annonce que Lionel se présente au sommet de sa forme pour le Prix d’Amérique Opodo 2017. Finalement, la seule autre fois où il l’a réellement été et où il a bouclé son parcours au trot, il a battu Bold Eagle.

En mélangeant les lettres du nom de LIONEL, on obtient rapidement « LE LION ». Tiendrait-on dans cette anagramme la réponse à la question du moment : qui est le Roi du peloton ?


Vous êtes fan de Lionel ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

__________

Télécharger la photo de couverture Facebook « Supporter de Lionel »
(cliquez sur le lien, puis clic droit sur l’image et « Enregistrer l’image sous »)