Anna Mix, la starlette bourrée de talent

Créé le 23 janvier 2017

Elle est aussi douée que capricieuse. Si elle se décide dans ce Prix d'Amérique Opodo à s'élancer avec les autres, elle peut en faire trembler plus d'un. Mais c'est loin d'être gagné... Portrait d'une véritable diva des courses.

Que faut-il pour créer une mythologie autour d’une personnalité ? Du talent, du caractère et du fait divers.

Si cette recette a engendré les plus grandes stars du showbiz, elle a également fait d’Anna Mix la plus célèbre diva du moment au trot. Le talent, elle en a fait preuve dès ses débuts, c’était à la fin 2013. La jument découvre les pistes à La Roche Posay le 4 août avec son mentor Franck Leblanc au sulky. Une deuxième place dans son escarcelle, elle poursuit par une autre seconde place puis une victoire en province dans de petits lots, avant de se lancer à l’assaut de la cendrée de Vincennes.

C’est Franck Nivard qui lui est associé pour l’occasion. La jument démarre sur une hésitation puis remporte la course assez sûrement. Les analystes commencent à y voir la possibilité d’une bonne jument, tout le monde faisant quelque peu fi de son caractère de début de course. C’est le 29 décembre que la jument de Franck Leblanc obtient la première disqualification de sa carrière.

L’on serait tenté de penser qu’elle les a ensuite enchaînés, tant ce que l’on retient de son caractère laisse à croire qu’elle est difficile en course. Pourtant, aussi fou que cela puisse paraître, la jument n’a été disqualifiée qu’à 3 reprises en 36 courses courues.

C’est qu’elle a trouvé un autre moyen de ne pas terminer ses parcours…


Sans titre


Tout commence le 21 décembre 2014 dans le Prix Emile Riotteau (Gr.2). Équipée de son bonnet fermé, Anna Mix est l’une des favorites de la course, elle qui vient de dompter de brillante manière Altesse du Mirel dans un groupe 2 à l’attelé. Sauf que là, la fille de Ludo de Castelle ne veut pas prendre le départ. Franck Nivard ira jusqu’à lui ôter le bonnet. En vain, elle est non partante de dernière minute.

Redirigée à l’attelé, elle tempère son caractère. Les mauvais souvenirs reviennent néanmoins quelques mois plus tard à l’occasion du Critérium des 5 ans (Gr.1). Après avoir engendré deux reprises de départ, Anna Mix est contrainte de rentrer aux écuries, déclarée non partante une nouvelle fois.

Son mentor lui fait donc rencontrer un éthologue (comportementaliste pour animaux), l’éminent Nicolas Blondeau. L’idée, c’est de la soigner, à l’instar de ces célébrités américaines dont on apprend qu’elles consultent un psy. Une diva, vous dis-je. Entourée de psys murmurant à son oreille que ce serait chouette si elle acceptait de prendre des départs.

Rentrant le 10 janvier dans la discipline du trot monté, la jument fait à nouveau des difficultés à la volte et se retrouve trop loin pour ensuite honorer son statut de favorite.

C’est décidé, la jument ne courra plus que dans des courses dont le départ est donné à l’aide de la voiture. Solution drastique : depuis le 10 janvier, la jument n’a plus couru en partant à la volte. Elle a donc en quelque sorte fait plier son entourage avec sa légendaire force de caractère. Le seul souci, c’est qu’Anna Mix est une jument de tenue. Seconde d’un Prix de Paris, elle peine à faire montre du talent qu’on lui connaît sur les 2100m autostart : le programme des chevaux chargés en gains fait la part belle aux départs voltés lorsqu’il s’agit de parcours de tenue…

Exilée en Suède, elle obtient quelques places d’honneur avant de trouver sur sa route la Gulddivision.

2650m, départ autostart : c’était la course à ne pas manquer. Sérieuse, à son boulot, la diva étincelle, devançant assez largement un certain Call Me Keeper. Le chrono affiche 1’12 ».



A la descente du sulky, son driver du jour, Erik Adielsson, ne tarit pas d’éloges à son sujet : « C’est une jument magnifique à driver, le cheval de rêve pour un driver. Elle était détendue et efficace et bien sûr très bonne et très forte ; mais ça, tout le monde le sait. »

Son retour en France, Anna Mix le fait à l’occasion de la première préparatoire au Prix d’Amérique Opodo, le Grand Prix de Bretagne. Et au départ, catastrophe… elle perd un terrain considérable.

Et malgré ce départ en net retrait, la championne a su revenir dans la course, pour finalement l’emporter. Elle se place alors comme une logique prétendante aux toutes premières places dans l’Amérique.


Peaufinant sa préparation à l’étranger pour reprendre du moral, la jument jouera sa course, vous l’avez compris, sur son départ. C’est elle qui décidera… Et l’on espère, pour la beauté du sport, que son choix sera celui de prendre une part active au combat.


Vous êtes fan d’Anna Mix ? Tweetez-le !

__________

Télécharger la photo de couverture Facebook « Supporter d’Anna Mix »
(cliquez sur le lien, puis clic droit sur l’image et « Enregistrer l’image sous »)