Booster Winner en a t-il encore sous le pied ?

Créé le 23 janvier 2017

Quand on parle de Booster Winner dans la rédaction d'Equidia, les avis sont mitigés : "Ah moi, dans l'Amérique je n'en veux pas" décrète l'un. "Mais t'es fou, sur une pointe, il est plus rapide que tout le monde !" lui répond l'autre. Alors qu'en faire ?

Option 1 : ne pas le garder

Pourquoi garder la seconde chance de l’écurie Guarato quand on peut matelasser sur Bold Eagle ? Pas qu’il ne soit mauvais, mais face à lui, Timoko et consorts ne se sont jamais tâtés entre attelé et monté. Pour eux ça roule, ça file au poteau. Sans réfléchir.

Booster Winner, lui, malgré son nom de gagnant, n’a pas gagné depuis septembre 2015. C’était alors un parcours de vitesse et, qui plus est, sous la selle (Prix Ceneri Forcinal – Gr.2 / course ci-dessous). Sans doute sa vraie discipline d’ailleurs, au vu de ses titres : lauréat des Prix d’Essai, des Centaures et des Elites (Gr.1), 2e du Président de la République (Gr.1). Autant de distinctions qui nous font penser que l’entourage a choisi l’Amérique plutôt que le Cornulier pour des questions de distance. Et de prestige, aussi ? Courir l’Amérique, n’est-ce pas le Graal de tout propriétaire ? S’il est parti voilà maintenant un peu plus d’un an, Madame Aloisio continue l’œuvre de son mari avec des étoiles… plein les yeux. Alors, comment ne pas lui offrir son ticket ?


Autre point qui joue contre ce champion de monté : ses pieds. Sujet à diverses seimes, Booster Winner n’a pas pu être déferré à l’envi. Lors de ses trois dernières sorties pourtant, il a été présenté pieds nus. Tiendra t-il une quatrième fois ?


Option 2 : le garder

Alors que les plus optimistes l’attendaient en bout de combinaison dans le récent Grand Prix de Bourgogne (course ci-dessous), l’alezan Winner est revenu dans la ligne droite avec une telle facilité qu’on s’est imaginé, un temps, ce qu’aurait pu donner un match Bold / Timoko / Booster au coude-à-coude dans le dernier tournant. 3e en retrait des deux champions, il laisse quand même une impression on-ne-peut plus agréable aux observateurs ce jour-là, décrochant, au passage, son ticket à la loyale. Alors pourquoi l’écarter ? Sur les derniers 500 mètres de ce 1er janvier, les observateurs ont évalué Bold trottant sur le pied de 1″08. Booster étant revenu sur lui, ça voudrait dire qu’il peut aller plus vite ? Dans ce cas là, il serait totalement imprudent de l’écarter.

D’autant que son entraîneur et son lad, à 10 jours de la belle, assuraient de concert à Clélia Moncorgé qu’il avait retrouvé son meilleur niveau et s’était débarrassé de ce problème de pieds bien embêtant. Si l’on ajoute à cela que dans sa jeunesse, Booster faisait partie des meilleurs de sa génération avec un certain Bird Parker, autrefois compagnon d’écurie chez Philippe Allaire, on est obligé de le retenir, non ?


Conclusion

Pour une place sans pression ?


Vous êtes fan de Booster Winner ? Tweetez-le !

__________

Télécharger la photo de couverture Facebook « Supporter de Booster Winner »
(cliquez sur le lien, puis clic droit sur l’image et « Enregistrer l’image sous »)