Bird Parker, le coup de poker

Créé le 23 janvier 2017

A la lecture des partants, il passerait presque inaperçu. Pourtant, Bird Parker sera bien au départ ce dimanche 29 janvier du Prix d'Amérique Opodo. Avec un gros point d'interrogation quant à ses possibilités...

Que penser de la candidature de Bird Parker dans le Prix d’Amérique Opodo 2017 ? Une énigme qui divise, à la rédaction…

Car si d’aucuns arguent que le Cornulier va lui avoir changé les idées et ouvert les poumons, les autres expliquent manquer de garanties, à l’attelage, à ce niveau. C’est que la carrière de Bird Parker connait autant d’immenses joies que de tristes déconvenues.

Sa carrière débute dans les premières courses réservées aux deux ans, et pour cause : Bird Parker porte le label Philippe Allaire, dont on connait le talent avec les jeunes poulains. Comme tout fils de Ready Cash présent dans l’écurie Allaire, il ne tarde pas à briller, et gravit les échelons jusqu’à sa belle 5e place dans le Critérium des Jeunes.

Ce ne pourrait être là qu’un bon poulain précoce, mais Bird Parker a un petit quelque-chose en plus. Ce même petit quelque-chose qui permet à Bold Eagle de rester au top malgré les années passant. Tiendrait-il cette constance de son père, Ready Cash, dont la longévité fut exceptionnelle ? Pas impossible.

Le 31 janvier 2016, Bird Parker est l’autre 5 ans avec Bold Eagle aligné au départ de l’Amérique. Si tous les regards sont tournés vers le champion de Pierre Pilarski, bon nombre d’observateurs prennent Bird Parker en note à l’issue de la course : parti très lentement, il a tracé une fin de parcours sortant de l’ordinaire.

Le seul défaut de Bird Parker, pourra-t-on noter, c’est de faire partie de la redoutable génération des B. Avec une autre lettre pour introduire son patronyme, nul doute qu’il serait la star d’une génération.

Tantôt battu par les précoces Billie de Montfort et consorts, tantôt par des anciens plus durs (Timoko, Belina Josselyn et d’autres), et tombant souvent sur le roc rouge et jaune Bold Eagle, il reste toutefois un courageux cheval au mental d’acier, à l’affût de la moindre défaillance. En témoigne son sacre dans le Critérium des 4 ans, sur lequel Bold Eagle avait dû faire l’impasse pour des soucis de santé, lui laissant le champ libre…


Dans l’édition 2016 du Prix de Cornulier, il n’a encore pas pu s’élancer assez rapidement pour faire la course dans le peloton, contraint de virer en épaisseur dans le dernier tournant, à l’instar de Bilibili. Il n’a pas démérité, mais (ne) se classe (que) 5e. Ayant plu à son mentor, il est ensuite orienté vers l’Amérique.

Peut-on, de fait, imaginer du cheval qu’il monte en condition sur le Cornulier ? Et peut-il rivaliser avec les tout bons ? Intégrer le Quinté ? Et pourquoi pas…


Vous êtes fan de Bird Parker ? Tweetez-le !

__________

Télécharger la photo de couverture Facebook « Supporter de Bird Parker »
(cliquez sur le lien, puis clic droit sur l’image et « Enregistrer l’image sous »)