Article

Favard contre 1 : venez défier Gilles Favard tous les mardis sur facebook

Gilles Favard rejoint l’équipe Equidia. Chaque mardi, ce grand passionné de courses affronte un parieur sur facebook live. A cette occasion, il revient pour nous sur sa passion des courses.

Gilles, comment vous êtes-vous retrouvé sur ce programme ?

Gilles Favard : Au départ, je participais au podcast les gentlemen du Turf. J’ai pas mal d’amis journalistes dans les courses qui connaissent ma passion et j’avais été invité. A l’arrêt de ce podcast, la direction m’a proposé ce nouveau programme digital : Favard contre 1. L’idée c’est de proposer chaque mardi via facebook live un duel entre un turfiste et moi. C’est une sorte de combat entre turfistes, on se chauffe, on rit, on pleure de dépit, c’est la vie des joueurs. Je suis très heureux de faire ce duel et d’intégrer l’équipe Equidia.

D’où vient votre passion pour les courses ?

Par mon grand-père, j’étais fasciné petit et il m’a emmené très tôt sur les hippodromes. En plus j’habitais à Rueil Malmaison donc j’étais tout proche de l'hippodrome de Saint-Cloud, j’y allais souvent à pied. Je suis passionné des courses, toute l’histoire qu’il y a autour, la vie des chevaux, des entraineurs. Je trouve qu’il y a d’ailleurs une vraie similitude entre l’univers du football et des courses : les acteurs chevaux-drivers, jockeys/joueurs, les propriétaires/présidents, les entraîneurs, les paris, les agents, …. Ce sont deux mondes passionnants.

Justement quel genre de joueur êtes-vous ?

Je suis un vrai joueur, je peux parier tous les jours de manière raisonnée, je cible des courses, j’aime prendre le temps d’analyser. C’est une science.

Qui sont les acteurs des courses qui vous ont marqué et/ou qui vous marquent aujourd’hui ?

François Mathet, sans hésitation. Un très Grand.  On sentait que quand il engageait un cheval il savait ce qu’il faisait, un stratège, il avait plusieurs coups d’avance. André Fabre lui ressemble beaucoup. Je me souviens aussi de Sassafras gagner l’Arc à 20 contre 1 en 1970, grand souvenir, avec Yves Saint Martin, un homme de cheval extra, un des meilleurs jockeys du siècle dernier. Aujourd’hui chez les jeunes, Graffard a l’air admirable, Monfort semble avoir lui aussi beaucoup de qualités. Il y a des personnages extraordinaires dans les courses.

Pour conclure, avez-vous une anecdote sur les courses ?

Oh oui un souvenir incroyable avec justement François Mathet. Je devais avoir autour de 23/24 ans, je me rendais à l’hippodrome et je tombe sur lui aux bords de la route, en panne. Je lui propose de l’amener aux courses. Il était assez froid pendant le trajet, certainement concentré sur sa journée. En arrivant, il me dit « merci jeune homme, je vous conseille de jouer… » et il me donne 4 gagnants dans la journée dont 2 assez improbables. J’ai gagné grâce à lui.  Je l’ai recroisé ensuite, il ne m’a plus jamais parlé. Dommage mais bon…l’anecdote reste belle.

Retrouvez "Favard contre 1" en Facebook live aujourd'hui à 17h10.