Article

Grand Glory, la Japan Cup théâtre de sa dernière représentation

Au terme de sa meilleure saison, Grand Glory doit effectuer ses adieux sportifs à l’occasion de la Japan Cup, le 28 novembre prochain. Gianluca Bietolini se prépare, non sans émotions, à voir sa jument de cœur quitter son écurie à la fin de l'année.

Depuis l'arrivée de Gianluca Bietolini sur le centre d’entrainement de Maisons-Laffitte, dont il est l’un des plus fervent défenseurs, le professionnel italien s’est notamment illustré en remportant pas moins de 7 courses principales. Dicton, placé de la Poule d’Essai des Poulains et Prix du Jockey Club en 2016, et plus récemment Grand Glory, 3ème du Prix de Diane 2019, 2ème du Prix de l'Opéra et gagnante du Prix Jean Romanet 2021, ont été à ce jour ses meilleurs ambassadeurs.

En 17 courses disputées, Grand Glory a remporté 6 victoires et décroché 7 podiums. Le montant de ses cachets dépasse les 700.000 euros avec les primes. Après la Japan Cup, ses propriétaires Albert Frassetto, John D'Amato et Mike Pietrangelo envisagent de présenter Grand Glory sur le ring des ventes. Un clap de fin programmé, chargé en émotion pour son impresario.

En 2021, après seulement 7 saisons dans les rangs des entraineurs tricolores, la chronique du turf mentionne le nom de Gianluca Bietolini au palmarès du Prix Jean Romanet (Gr.1). Son premier Groupe 1 en plat, le professionnel ayant sellé dans son pays d’origine le gagnant du Gran Corsa Siepi di Roma (Gr.1) en 2012.

Elégant, méticuleux, affable, Gianluca Bietolini c’est le chic à l’italienne. Transposées chez un pur-sang ces qualités ont engendré Grand Glory. Acquise 18.000 euros yearling en octobre 2017, lauréat pour ses débuts en toute fin d’année de 2 ans, la pouliche est la première de sa fratrie à intégrer l’élite.

Passée sans transition de courses à conditions aux Oaks de France, Grand Glory y obtient le même classement que son ainé Dicton au sein de l’écurie de Gianluca Bietolini, 3ème lui du Derby français trois ans plus tôt.

La nouvelle diva de l’écurie franco-italienne s’éclipse après ce prix de Diane 2019. 333 jours exactement. Au printemps suivant Grand Glory effectue un retour victorieux.

Gagnant ses premiers lauriers de groupe à l'arrivée du Prix de Flore (G.3), en 2020 la jument essuie aussi ses premières défaites et clôt sa nouvelle campagne par une anecdotique 6ème place à Rome sur les terres de son mentor.

Maintenue à l’entrainement à 5 ans, Grand Glory trouve sa voie sur 2.000 mètres. Sacrée durant l’été, toisant les males sur les bords de l’Allier dans le Grand Prix de Vichy (Gr.3), elle donne la réplique aux juments en Normandie.

Depuis sa prestation dans le Prix Jean Romanet son nom s’inscrit en lettres capitales.

Battue d’un nez à Paris à l’arrivée du Prix de l’Opera (Gr.1), Grand Glory est attendue en « Guest Star » le 28 novembre à Tokyo pour une dernière représentation.