Article

Jean-Paul Marmion : "Ino du Lupin me fait penser à Roi du Lupin"

Installé devant la télévision, entre Equidia et les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de football au Qatar, Jean-Paul Marmion revient sur son année et sur l'avénement de sa nouvelle pépite, Ino du Lupin.

0

Image de l'article

Êtes-vous satisfait de votre année ? 

Non, c'est une année que je qualifierais d'ordinaire. J'ai eu des années assez moyennes et celle-ci en est une même si dans l'ensemble, les chevaux ont répondu présent. En nombre de victoires, on s'approchera de 90 à la fin de l'année, comme l'an dernier. J'espère que l'année prochaine sera meilleure encore ! 

L'heure n'est donc pas à la retraite ? 

Pour quoi faire ? Pour rester dans le canapé et regarder les courses ? Quand on touche un cheval comme "Ino", on repense aux bons chevaux du passé et ça nous donne envie de continuer. De toute façon, je ne sais rien faire d’autre et j'ai bien trop peur de m'ennuyer si j’arrête le métier. Ce n'est pas parce que je viens moins aux courses que j'envisage d'arrêter. Tant que la santé est là, je me lèverais tous les matins pour l'entraînement, pour voir mes chevaux et mon équipe.

La "méthode Marmion" est toujours la même depuis des années, comment faites-vous pour traverser les années avec réussite ? 

Je m'entoure de jeunes compétents, intelligents et amoureux des chevaux. Je suis fier du chemin parcouru mais je suis surtout très heureux aujourd'hui de voir de la jeunesse autour de moi. Chaque matin, les gars de mon écurie viennent me saluer et on forme une belle équipe. L'erreur à ne pas faire, c'est de "jouer au vieux con" avec les jeunes. Grâce à eux, je ne vois pas le temps passer et je prends beaucoup de plaisir à transmettre mes connaissances. Ensuite, pour réussir, il faut aussi et surtout les chevaux. Prendre son temps et les respecter, c'est ce que je fais depuis 40 ans alors je ne vais pas changer de méthode à mon âge. 

Quel regard jetez-vous sur la nouvelle génération des professionnels ? 

Ils sont forts ! Il y a une belle génération et ça fait plaisir de voir des jeunes qui s'installent même si on le sait tous, ce n'est jamais simple aujourd'hui de voler de ses propres ailes. Je respecte beaucoup ceux qui prennent le risque de débuter leur activité d'entraîneur. La réussite est souvent au rendez-vous à condition de travailler et de tomber sur un cheval qui nous aide à démarrer. Dans notre milieu, cela prouve aussi qu'il y a de la place pour tout le monde. Concernant les chevaux, ils vont de plus en plus vite mais je ne crois pas que ça soit seulement à cause du travail intensif des entraîneurs dès le plus jeune âge. Il ne faut pas croire qu'on dormait jusqu'à 11 heures il y a 40 ans pour travailler les chevaux (rires). Pour moi, les chevaux sont de plus en plus précoces et rapides et c'est à cause des origines et des installations pour faire notre métier. La majorité des chevaux sont au top à 4 ans, ce qui n'était pas le cas à l'époque. Si c'est bien ou mal, chacun se fera son avis. Le mien, "Ino" ne sera pas encore au top à 4 ans. 

Justement, à quel moment avez-vous vu son potentiel ? 

Il était assez ordinaire quand il était jeune, à l'image de sa qualification (1'18''4), et c'est en allant aux courses qu'il a vraiment progressé. Il donne l'impression de ne pas avancer avec sa façon de trotter en allongeant les jambes mais il a un gros moteur. Il n'est surtout pas précoce et semble vraiment capable de progresser. C'est le genre de cheval qui fait rêver quand on est entraîneur. Il me fait penser à Roi du Lupin plutôt qu'à Général du Lupin. Ino du Lupin est taillé pour réussir au trot monté et rien que d'y penser, ça s'annonce prometteur. Pour l'instant, on va poursuivre à l'attelé et j'espère qu'il va continuer de nous faire plaisir. 

(Roi du Lupin - Prix des Ducs de Normandie (Gr.2) - Caen - 2015)

Quel est son programme avant la fin de l'année ? 

Il devrait recourir le 18 décembre dans le Prix Jules Lepennetier et ensuite, il a encore des belles courses en janvier. Son hiver n'est pas terminé et j'espère surtout qu'on va vivre plusieurs hivers avec lui ! 

À lire aussi

Commentaires Lire la charte

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.