Article

La fin du haras de Lou : le début d'une nouvelle ère ?

Dans une autre vie, Christian et Gisèle Germain étaient dentiste et pharmacien. Jusqu'au jour où ils ont monté l'élevage de Lou. Samedi, le couple y mettra un terme et tournera une troisième page de son histoire.

0

Image de l'article

Ce sont nos confrères de 24H au Trot qui narrent le mieux le récit de la vie des Germain, le couple à l'origine des "Lou". À commencer par celle de Christian, 74 ans, Breton de naissance. Mari, père et dentiste à Rennes, l'homme se raconte comme un sportif passionné qui a revêtu toutes les casquettes de footeux, de joueur à entraîneur. Puis un jour, un patient lui paie ses soins en nature, en lui cédant un poulain, le projetant ainsi dans un monde dont les codes sportifs lui parlent mais dont l'univers lui échappe. Le début d'une grande aventure. 

Car si son premier représentant ne se montre pas aussi gagneur que son âme de sportif l'aurait voulu, l'homme ne se laisse pas abattre et retente l'expérience du propriétariat avec une pouliche, qu'il confie à l'entraîneur Michel Triguel. Un pari gagnant puisque sa jeune recrue gagne à Pornichet. Dans le même temps, Christian et Gisèle et s'unissent. Une période bénie qui les incite à forcer leur destin ? Quoiqu'il en soit, le couple décide de se lancer dans l'élevage. Nous sommes dans les années 1990 et sous l'apparente légèreté du suffixe "Lou" choisi pour leur produits, en hommage au "p'tit loup" glissé affectueusement par madame à monsieur, les Germain se lancent dans un projet ambitieux. D'abord aux alentours de Rennes, que Christian connait bien, puis en Normandie, sur les conseils d'une famille très importante dans leur histoire hippique : les "Dubois". 

Nous sommes en 2001 lorsque le couple glisse de Bretagne vers la Normandie pour créer sa propre structure, le haras de Lou. Christian a tout juste 50 ans lorsqu'il laisse les fraises et les bains de bouche pour se consacrer à la génétique, dans l'espoir de faire naître d'autre futurs champions. Car depuis ses débuts, le couple n'a pas manqué ses objectifs, en atteste la série de champions sortis de leurs champs. De bons élèves issus de 4 lignées principales : 

  • Lady de Sienne : Réal de Lou, Selecao de Lou, Samba de Lou, Tania de Lou, Carioca de Lou, Filhio de Lou
  • Aostane : Giesolo de Lou, Aosta de Lou, Bianca de Lou, Elmagnifico de Lou, Baccara Jiel, Mellby Viking
  • Gerbe Bleue : Nora de Lou, Palio de Lou, Riviera de Lou, Unora de Lou, Volvoreta de Lou, Fascinoso de Lou
  • Venise des Bois : Graziella de Lou, Ice Cocktail de Lou, Oky de Lou, Paola de Lou, Rio de Lou, Baraka de Lou, Barrio de Lou, Donostia de Lou, Eros du Chêne.

De victoires en victoires, le couple s’est appliqué à faire grandir et à assoir sa structure. Tant et si bien qu’au moment de raccrocher, les Germain comptent près de 40 poulinières et un palmarès à faire pâlir quantité de concurrents : 

  • 720 victoires
  • 47 groupes
  • 7 groupes 1

Alors, à moins de 24 heures de la grande vente, orchestrée par Auctav, à la fois en présentiel et en distanciel, nous avons voulu comprendre leur choix. Et dès les premières phrases échangées par téléphone ce vendredi après-midi, Christian Germain est assuré. À 74 ans, il est temps pour lui de tourner la page. Même s’il laisse entendre qu’il aurait préféré que l’un de ses enfants reprenne le haras, hors de question de leur laisser un cadeau empoisonné. Car même s’ils s’y intéressent, gérer un haras est un travail à temps plein. Ce samedi, les époux auront donc une petit pincement au coeur mais ils savent que c’est le bon moment pour éclater leur cheptel. Et hors de question de verser dans le sentimentalisme : tout doit partir. Car après la carrière médicale et agricole, Christian et Gisèle entendent bien profiter de la vie. Suivre les courses, oui, mais pas que. Profiter de leurs enfants, de leurs petits enfants, se remettre dans le sport, la danse, les voyages, les projets semblent nombreux dans la tête du futur retraité qui ne semble pas encore prêt à pantoufler au coin du feu !

À lire aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.