Article

Prix Jacques Le Marois, du bleu oui mais Godolphin ?

Dans un meeting qui n’a pas encore souri à nos bleus, Coroebus peut apporter un nouveau succès à sa casaque émiratie et un premier Prix Jacques Le Marois à son entraîneur Charlie Appleby.

0

Image de l'article

Depuis jeudi, et la publication des partants probables, Coroebus (photo de une ©JC.Briens) a perdu son plus sérieux rival dans le Prix Jacques Le Marois. William Hagas s’est exprimé au sujet du retrait de Maljoom, une endoscopie pas satisfaisante nous prive d’un duel qui s’annonçait palpitant. Quatrième peu chanceux à Ascot, Maljoom laisse le champ libre à son tombeur des St James's Palace Stakes (Gr.1).

Coroebus, la forme des 3 ans 

Dans cette confrontation intergénérationnelle les cadets connaissent une réussite certaine avec 58% de réussite au cours des 50 dernières éditions. Un ratio que n’ont pas réussi à inverser leurs aînés ces dernières années. Outre-Manche les opérateurs de paris à cote fixe placent le représentant de l’écurie Godolphin en tête. En quête d’un troisième sacre dans un groupe 1, le fils de Dubawi ne devrait pas être dérangé par l’exercice en ligne droite, Coroebus ayant disputé toutes ses courses de la sorte sur les sélectifs tracés en montée de Newmarket et d’Ascot, le pensionnaire de Charlie Appleby affichant le score respectable de 4 succès en 5 tentatives.

Dettori vise le record 

C’est un profil quasi similaire qu’affiche Inspiral. Elle aussi vise un troisième succès au top niveau, elle aussi voyage pour la première fois hors des frontières de son pays d’entraînement, elle aussi est une adepte des parcours rectilignes, et elle aussi n’a concédé qu’une seule fois la victoire. C’était en dernier lieu dans les Falmouth Stakes (Gr.1). Si la fille de Frankel retrouve Prosperous Voyage sur sa route ce dimanche, là encore les bookmakers ne croient pas que cette dernière puisse rééditer l’exploit de devancer une nouvelle fois la pouliche entraînée par John et Thady Gosden. Double tenant du titre Lanfranco Dettori égalerait le record de Freddy Head dans ce Prix Jacques Le Marois, s’il venait à s’imposer pour la sixième fois.

Frankie Dettori et Inspiral "rapportent la coupe à la maison" à l'arrivée des Coronation Stakes (Gr.1) (photo ©JC.Briens)

Joseph O'Brien plus fort qu'Aidan

Circonscrire la course à un match à 2 serait hasardeux d’autant que les "O’Brien" font le déplacement. Mais que l’on ne s'y trompe pas Joseph, le fils, trouve une nouvelle occasion de devancer Aidan, le père. Troisième en 2021 de ce groupe 1, Order Of Australia vient de subir une cuisante défaite fin juillet dans les Sussex Stakes (Gr.1), difficile d’envisager un retournement de situation de manière aussi prompt. A l’inverse State Of Rest s’alignera avec de la fraîcheur et auréolé d’un succès dans les Prince Of Wales’s Stakes (Gr1), mi-juin à Royal Ascot. Lauréat du Prix Ganay (Gr.1) en début d’année, il est le troisième cheval le plus en vue sur les rangs même s'il n'évolue pas sur sa distance de prédilection.

Bathrat Leon pour l'honneur du Japon

Light Infantry, deuxième du Prix Jean Prat sur l’hippodrome de la Touques, et la métronome Prosperous Voyage peuvent rebattre les cartes en cas de défaillance de l’un des favoris. Deuxième japonais en lice dans ce meeting Bathrat Leon présente une candidature moins singulière que celle de son compagnon d’entraînement King Hermes, 11ème du Prix Maurice de Gheest (Gr.1). Quatrième pour sa première tentative en Europe et en ligne droite, Bathrat Leon peut se targuer d’avoir terminé à 4 longueurs du phénoménal Baaeed dans les Sussex Stakes.

Jean-Claude Rouget l'irréductible français

Reste le cas des deux défenseurs français qui, s’ils s’entraînent à Deauville, ont toujours couru avec tournants. Djo Français et Erevann abordent ce Prix Jacques Le Marois avec le même temps de récupération, ayant tous les deux remportés le premier groupe de leur carrière le 19 juin dernier à Chantilly. Jean-Claude Rouget relève le défi de les aligner au départ d’un des plus convoités mile de l’année. Un pari osé mais qui l’honore, car sans lui, les britanniques joueraient à domicile cet été à Deauville.

Lire aussi  : Jean-Claude Rouget seul contre tous

 

À lire aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.