Article

Jean-Philippe Ducher : "Si on a eu un petit accroc avec un collègue dans la journée, le soir c’est vite oublié"

Le Festival du trot du Centre-Est est une semaine importante pour les professionnels. Jusqu'au dimanche 9 juillet, Vichy et Feurs accueilleront des réunions pour les trotteurs. Jean-Philippe Ducher s'est confié sur cet événement.

0

Image de l'article

Depuis ce dimanche 3 juillet, le festival du Centre-Est bat son plein. Jean-Philippe Ducher, entraîneur et driver, s'est confié sur cet événement, aussi sportif que festif. Il a également livré ses chances au cours de la semaine. 

Que représente pour vous cette semaine ? 

"Je reste au stand, c’est le moment où les salariés prennent des congés. Je reste à la maison, aller dormir à l’hôtel à 15 minutes de chez moi ça ne me donne pas grand-chose. Par contre, pour les personnes qui viennent de l’extérieur c’est une vraie semaine de vacances. On sait que dans le métier, il y a peu d’entraîneurs qui prennent des vacances. Ils sont logés et nourris avec la possibilité de courir tous les jours sans faire de journée de transport, c’est chouette."

Allez-vous quand même profiter des festivités ?

"Je ne fais qu'une soirée ou deux. Je pars en fin de semaine, je n’en profite pas plus que ça. Je suis ici toute l’année. Mais c’est le moment où l’on rencontre des professionnels, que l’on croise depuis 20 ans mais sans savoir où ils habitent, ce qu’ils font. C’est aussi l’occasion de parler avec des jeunes comme Alexandre Pillon ou encore David Thomain, que je croise depuis des années. Ça nous a permis de passer une soirée ensemble, de mieux se connaître, d'échanger sur différents aspects du métier. Cet événement permet de voir d’autres têtes."

Pouvez-vous décrire l'atmosphère au cours de ce festival ?

"Les courses restent les courses, tout le monde a un peu le “couteau entre les dents”. Mais le matin, les gars sont à l’hôtel, ils vont à la piscine ou faire du sport. Ça met une ambiance détente, les soirées sont festives. Si on a eu un petit accroc avec un collègue dans la journée, le soir, c’est vite oublié, en temps normal."

Vous avez quatre partants à Vichy, trois ce lundi et un demain mardi, quelles sont les chances de vos chevaux ?

"Istoric Mauzun (309) est une bonne chance, deuxième ligne à la corde (9). Le cheval est bien c'est sa catégorie. Si j’ai un parcours limpide, il va lutter pour les places. Ilona de Crouay (401) est à revoir. Elmio du Pac (507) est une première chance en amateur, ils ne sont que sept, c’est très inquiétant. Pour demain (mardi), Alexandre Abrivard va driver Huppercut de Joux (611), gardé pour cette course. Il est super bien engagé, déferré des quatre pieds et est assez facile à driver. Si on sauve une belle place, on sera contents. Après c’est fini pour l’été, je cours rarement au mois de juillet et jamais en août. On a bien travaillé depuis le début de l’année, les chevaux vont se reposer. On va remettre tout ça pour les trois mois d’automne qui sont intéressants chez nous."

À lire aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.