Article

Jockeys d'obstacle, des sportifs pas comme les autres !

Athlètes à part dans le monde du sport, les jockeys sont coutumiers des rétablissements fulgurants et des retours rapides pour ne pas dire prématurés, mais qu'est ce qui fait courir ces sportifs pas comme les autres !

0

Image de l'article

Après une chute, les propos des jockeys sont toujours les mêmes : "Je remonte la prochaine, j'ai mon bon cheval à monter demain, je ne peux pas m'arrêter maintenant etc...etc". La liste n'est pas exhaustive. Mais pourquoi donc, les jockeys n'arrivent pas à observer le temps nécessaire du repos ? Peut-être parce qu’ils ne sont pas seuls, que leur force vient aussi des chevaux, un peu des hommes augmentés nos baroudeurs des pelotons. Le rythme de leur vie, peu de sportifs le supporteraient ! Pourquoi ? Parce qu'ils sont tous les jours dehors quelque que soit la météo, parce qu’ils sont habitués à répéter les efforts toute l’année et que l'adrénaline de la course est une motivation. 

Christophe Pieux, l'homme aux quinze cravaches d'or en obstacle est légitime pour expliquer la rudesse du métier tant sa carrière fut longue, riche en victoires et en blessures. Au début des années 2 000, il était le sujet principal d'un "docu" de notre confrère Stéphane Mons, dans un reportage intitulé "Pieux et ses apôtres".

 

Toujours en mouvement...

L'explication vient sans doute du fait de l'abondance des courses. Les échéances sont fréquentes ce qui les pousse à revenir vite en cas de blessure. Formés "à la dure" depuis l’enfance, avec un travail de base ardu, même si ce n’est plus aussi difficile qu'à une certaine époque, ils aiment aussi la vitesse, donc le risque et comme les pilotes de F1, ils savent qu’ils peuvent finir dans le décor.

Bertrand Lestrade : "J'étais engagé sur certains chevaux avec qui j'avais créé des liens..."

Dans le fossé, et bien malmené suite à sa chute dans la première course à Auteuil samedi 11 mars, Bertrand Lestrade déclare : "Je ne me voyais pas laisser mes montes à quelqu'un d'autre. J'étais engagé sur certains chevaux avec qui j'avais créé des liens, je m'étais engagé auprès des entourages et c'est embêtant de ne pas y aller, je n'ai pas envie de les laisser tomber."

Bertrand Lestrade à Auteuil samedi 11 mars

Clément Lefebvre : "Sans courses, je n'ai plus mon rythme de vie favori..."

Actuellement sur la touche, Clément Lefebvre explique : "Le manque d'adrénaline. J'ai "ce truc " en moi au quotidien et sans courses, pas d'adrénaline. Cela me manque sans parler du rythme de vie qui est complètement différent. En plus de cela, le fait de voir les autres faire, je trouve cela extrêmement frustrant. Nous sommes des passionnés et le fait de travailler tous les jours pour nos résultats reste notre motivation première alors les arrêts nous les souhaitons les plus courts possibles."

 

Clément Lefebvre à Auteuil en 2016

À lire aussi

Commentaires Lire la charte

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.