Article

Le footballeur Mathieu Cafaro se livre pour évoquer sa passion, les courses au trot !

Le jeune footballeur Mathieu Cafaro évoque l'une de ses plus grandes passions : les courses au trot. Jeune et investi, il fait partie de cette nouvelle vague de sportifs de haut niveau qui investissent dans le monde des courses.

Comment est née cette passion pour les courses ?  

 "Les courses c'est une histoire de famille chez nous, mon grand-père jouait souvent, mon père aussi, on allait régulièrement sur les hippodromes ; à force d'aller aux courses, de vibrer, j'ai voulu avoir mes chevaux à moi et du coup maintenant j'en ai pas mal, j'en suis fier." 

Quel a été votre premier achat dans le milieu?

"Mon premier achat dans le milieu des courses s'est fait avec Laurent Verva. Avec Marvin Martin ( ex international français), nous étions allés à l'hippodrome de Reims. Nous avions sympathisé avec lui, et nous avions écouté une conversation d'une personne qui avait raté l'achat d'une pouliche, du coup, nous avons sauté sur l'occasion. Cette pouliche c'était  Holly Dardennes et depuis, on a gagné une fois avec elle et elle nous fait plaisir."

La première victoire d'Holly d'Ardennes :

 

Comment vivez-vous votre passion avec vos coéquipiers du Stade de Reims dans le vestiaire au quotidien ? Certains sont-ils prêts à rejoindre l’aventure ?

"Certains m'en parlent, certains sont passionnés aussi ! D'autres moins ... j'ai réussi à en piquer quelques-uns, j'ai même acheté un cheval avec Alexis Romao, Marvin Martin aussi s'est joint à moi, j'ai également un cheval avec Eric Vandenabeele qui joue à Valenciennes. Dès qu'on discute, ça leur donne envie et après, on se lance ensemble. De toute façon, ça se rapproche du foot, il y a la même adrénaline, c'est pour ça qu'ils sont vraiment tentés."


Quand un de vos chevaux gagne une course, c’est autant d’émotion qu’un but au parc des Princes ?

"C'est vraiment énorme quand un de mes chevaux gagne ! je n'ai pas encore eu la chance de vivre une victoire sur un hippodrome, mon père l'a fait, il a été voir un de mes chevaux gagner mais moi non, pas encore... Mais à la télé, sur Equidia, c'est déjà énorme."

Baptiste Santamaria est de Bourges comme vous, on sait qu’il a des chevaux, est-ce que vous évoquez le sujet des courses quand vous le croisez lors d’oppositions ? 

"Oui bien sûr on parle de nos chevaux, moi, je suis les siens, je regarde ce qu'ils font, je ne sais pas s'il regarde les miens, mais j'espère ! Mais en tout cas quand on se croise, on en discute à chaque fois, c'est bien car ça nous permet de parler d'autre chose que du foot !"

Vous n’avez que des trotteurs, pourquoi eux plus que les galopeurs ? Envisagez-vous d’en acheter ? 

"Non, je n'irais pas dans le galop, je suis amoureux du trot ! C'est très convivial, j'aime énormément ce milieu, je trouve l'ambiance vraiment incroyable je m'y retrouve plus qu'au galop."

Combien de chevaux avez-vous en ce moment ? 

"Alors pour l'instant, j'en ai 4 qui courent et j'ai des poulains qui vont arriver mais qui sont en ce moment au débourrage. Après les poulains, je ne sais pas ce que ça va donner, j'en ai vendu deux dernièrement. Les 4 que j'ai, courent régulièrement, donc c'est déjà pas mal."

Quelle relation avez-vous avec vos entraineurs ? Ça arrive de faire le parallèle avec le foot ? 

"Une très bonne relation, on discute, parce que la compétition, la préparation pour un cheval c'est exactement la même que pour nous, les soins, l'avant-course, l'après-course, c'est similaire donc on en parle et on échange, ça permet aussi qu'ils aient une autre vision de leurs chevaux."

 Comment choisissez-vous vos entraineurs ? 
 

"C'est avant tout une question de feeling ! Si ça me plaît, ça me plaît, sinon je n'en veux pas ... Ensuite l'idée, c'est que l'on puisse passer de bons moments ensemble, ça compte beaucoup pour moi. Je ne veux pas que l'on se prenne la tête pour les chevaux, mais à l'inverse, je veux que ce soit une relation  de confiance, que l'on se fasse plaisir, vivre une belle aventure, tout simplement, car c'est ça les courses !

Les couleurs de votre casaque ont-elles une signification particulière ? 

"A l'époque, avec Marvin Martin, quand on a acheté notre pouliche Holly D'ardennes, la question c'était de savoir sous quel nom et sous quelles couleurs elle allait courir.. Marvin a décidé que ce serait sous mon nom, car j'avais beaucoup investi dans les chevaux et donc moi je lui ai dit "fais la casaque avec les couleurs que tu veux" et comme il est fan de Paris il a naturellement mis du rouge et du bleu.

Une reconversion au sulky est-elle envisageable un jour pour vous ? 

"Franchement, je ne sais pas, ça me plairait beaucoup. Après, c'est dans longtemps, je n'ai que 24 ans. Mais peut-être que de pouvoir au moins sortir les chevaux le matin ça serait un vrai plaisir ; en tout cas, j'y pense et ça me trotte dans la tête."

Quel est votre cheval favori au sein de votre écurie ?

"J'étais pour la première fois aux ventes l'année dernière et j'ai acheté Jezabella d'Ela qui est chez Gilles Currens J'adorais Bird Parker donc j'ai acheté une petite pouliche de lui. C'est ma préférée." 

Mathieu Cafaro en compagnie d'Holly d'Ardennes, sa pouliche de coeur :