Article

Prix de Cornulier : Bilibili, un champion dans l'impasse ?

Double lauréat du championnat du monde de trot monté, le pensionnaire de Laurent-Claude Abrivard ne présente plus les mêmes garanties que par le passé. La faute à de nombreux soucis de santé.

Bulles 0

Né le 11 juin et élevé par Jean-Pierre Barjon, Bilibili est un phénomène lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens physiques. Ce véritable bolide détient même le record du Prix de Cornulier avec une réduction kilométrique exceptionnelle en 1'11"2 lors de sa première victoire en 2019. Le fils de Niky terrassait alors le tenant du titre Traders et abaissait par la même occasion sa marque de référence d'un dixième. 

Lors de l'édition suivante, le nouveau roi réaffirmait son autorité en enlevant un deuxième sacre avec panache. On le pensait alors intouchable, capable d'enchaîner les performances d'envergure suite à un incroyable et unique triplé hivernal Prix du Calvados - Prix de Cornulier - Prix de l'Île-de-France.

Un colosse aux pieds d'argile

Malheureusement, l'année 2020 s'est très mal terminée. Après deux bonnes courses de rentrée à l'attelage dans le Prix de Bretagne puis dans le Prix du Bourbonnais (son programme de rentrée classique), le crack a été contraint de mettre un terme à son meeting d'hiver, brutalement freiné dans sa quête d'un troisième succès dans le Prix de Cornulier. Un exploit réalisé à ce jour par seulement par cinq chevaux depuis la création de l'épreuve en 1931 : Souarus (1946, 1947, 1948), Gardon (1955, 1956, 1958), Bellino II (1973, 1975, 1976), Kaiser Trot (1981, 1982, 1984) et Jag de Bellouet (2004, 2005, 2006). La raison : un boulet récalcitrant à un postérieur. Car oui, malgré ses énormes qualités, Bilibili demeure un colosse aux pieds d'argile.

Après avoir repris l'entraînement en juillet, le mâle à la robe baie a effectué son retour sur les pistes en novembre dernier après onze mois d'absence. Piloté par son mentor Laurent-Claude Abrivard lors de deux compétitions qualificatives au Prix d'Amérique Legend Race, il n'a pas pesé sur les débats, finissant en net retrait. Plus inquiétant encore, sa septième place dans sa spécialité lors du Prix du Calvados, où il a semblé manquer de rythme malgré les bonnes sensations de son partenaire habituel Alexandre Abrivard. Le temps presse et rien n'indique qu'il défendra ses chances avec l'intégralité de ses aptitudes lors de ce Prix de Cornulier 2022. Cependant, un génie de sa trempe demeure capable d'un ultime coup d'éclat.

Avec quinze victoires à son actif, dont trois Groupes 1 et près de deux millions d'euros de gains, Bilibili mérite de tirer sa révérence au terme d'une course à la hauteur de son statut, celle de l'un des plus grands maîtres de l'histoire de la discipline.

Commentaires

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.