Article

Souvenirs de Japan Cup : Le Glorieux, une victoire d’un autre temps

Vous souvenez vous de Le Glorieux ? D’Alain Lequeux, peut-être ? Les Japonais en gardent, eux, un souvenir impérissable puisque c’est le seul duo français à avoir laissé son empreinte au palmarès de la très prestigieuse Japan Cup.

0

Image de l'article

La présence française au palmarès de la Japan Cup est discrète : en 46 tentatives, les tricolores n'ont ramené que huit places et une seule victoire. Un succès dont les plus jeunes d'entre vous peineront à se souvenir puisqu'il faut remonter à 1987 pour retrouver trace de l’exploit de Le Glorieux. Heureusement, à la rédaction d’Equidia, nous avons notre propre boîte à souvenirs : Hervé Engel. À l’époque, bien avant de faire des pronostics, le journaliste était salarié de chez Robert Collet, écurie dans laquelle était entraîné Le Glorieux. "Le Glorieux était un cheval remarquable, même si en France, il n'avait même pas gagné une Listed Race. Mais c'est un cheval qui avait débuté à Deauville, à l'âge de deux ans. Et il avait été battu par qui ? Par Trempolino, futur vainqueur d'Arc. C'est un cheval qui a mis au moins 5 ou 6 courses à gagner son maiden à l'âge de deux ans." 

Trois groupes 1 sur trois continents différents

Un peu de qualité qui n'augurait pas pareille réussite pour autant ? "Physiquement, c'était un cheval banal. Il était bien équilibré mais c'était un petit cheval. Il n'en imposait pas physiquement. C'était surtout un cheval qui voyageait très bien. D'ailleurs, c'est le premier cheval français, peut-être même européen ou mondial, à avoir gagné trois groupes 1 sur trois continents différents. Il a gagné le Grand Prix de Berlin, qui se courrait à Dusseldorf, parce que c'était en 1987, le mur n'était pas tombé. Donc le Grand Prix de Berlin se courrait à Dusseldorf, pour la petite anecdote ! Ensuite il a gagné le Washington D.C. Puis il est parti au Japon et a gagné la Japan Cup avec Alain Lequeux. Je me souviens que quand on a appris la nouvelle, on était au café avec les salariés de chez François Boutin, et tout le monde nous disait : "ce n'est pas possible, vous n'avez pas pu gagner la Japan Cup ! Et si, le cheval avait gagné la Japan Cup !"

Une opposition japonaise moins forte qu'aujourd'hui

Une performance que le journaliste d'aujourd'hui analyse assez facilement : "Déjà, je pense que c'était un cheval qui s'adaptait bien, c'était un cheval qui voyageait super bien. Et puis il aimait bien ces profils de course corde à gauche. Il était très gaucher d'ailleurs. Et puis je pense quand même que l'opposition était moindre que maintenant. Mais ça n'enlève rien au fait que c'était vraiment un très bon cheval. On ne gagne pas trois groupes 1 sur trois continents différents par erreur !" Excellent gaucher, le cheval monté par Alain Lequeux n’a en revanche pas poursuivi par le Prix de l’Arc de Triomphe. Pressenti pour aller rafler un nouveau groupe 1 en Australie, le fils de Cure The Blues a dû mettre un terme à sa passion du voyage pour cause d’un problème de jambes. 

Onesto, la relève française ? 

Cette année, la France tentera d’améliorer ses statistiques avec trois nouvelles chances : Onesto (Fabrice Chappet), Grand Glory (Gianluca Bietolini) et Simca Mille (Stéphane Wattel). Pour Hervé Engel, Onesto possède une première chance. "Onesto c'est un cheval qui a beaucoup plus de titres en France que Le Glorieux à l'époque. Maintenant, l'opposition japonaise est plus forte, mais Onesto a une première chance, je pense ! C'est un super cheval et je ne serais pas étonné que Fabrice Chappet remporte la Japan Cup, 35 ans après Le Glorieux, alors qu'à l'époque, il était stagiaire chez Robert Collet !"

Une histoire dans l’histoire que nous raconte aussi Christophe Lemaire, jockey annoncé d’Onesto, qui adorerait gagner pour parachever sa belle histoire avec Gérard Augustin-Normand, co-propriétaire du cheval pour qui le professionnel a monté pendant des années, faisant notamment les belles heures de son étalon vedette : Le Havre. 

À lire aussi : 

Japan Cup 2022 - Christophe Lemaire : "J'espère gagner avec Onesto pour poursuivre la belle histoire avec Gérard Augustin-Normand"

Souvenirs de Japan Cup : Christophe Lemaire et ses 3 victoires

Au revoir Le Havre

À lire aussi

Commentaires Lire la charte

Vous devez être connecté pour saisir votre commentaire.
Si vous avez déjà un compte, connectez-vous ou créez un compte.